dans la nature en ce moment

Octobre, novembre 2021 (Gervanne)

Actualisation do 28  novembre

la neige est arrivée !  Sur les crêtes les accenteurs alpins sont omniprésents. Chez les chamois les comportements de rut sont encore marqués  Plus bas, c'est la cohue aux mangeoires, avec les premiers gros becs...

Actualisation du 30 octobre

 

Chez les chamois, le rut est bien enclenché. Les mâles circulent beaucoup, Il s"ébrouent, marquent les végétaux (Il s'agit d'un marquage olfactif déposé à l'aide des sécrétions de leur glandes rétrocornales. Les chamois ne font aucun dégât significatif sur la forêt). et on observe les premières courses poursuites territoriales. Les nuances automnales de la hêtraie s'estompent doucement sur les hauteurs tandis qu'elles s'illuminent plus bas dans la chênaie comme sur les berges de la Gervanne ou de la Drôme. On note encore beaucoup d'activité chez les aigles royaux ces derniers jours. Certaines aires sont rechargées !

Septembre, octobre 2021 (vallée de la Drôme et Vercors)

Côté rivière Drôme, martins pêcheurs et aigrettes garzettes profitent des basses eaux (avant les grandes pluies d'automne) pour pécher aisément entre les bancs de galets. Les derniers limicoles ou de passage en migration (chevaliers cul blanc, guignette, aboyeur,...)  font de même dans les graviers exondés Nous avons remarqué aussi en septembre des passages de quelques sarcelles d'été et du rare balbuzard pêcheur. Les premiers cormorans hivernants sont là également.

 

Le temps des cerfs

C'est un des temps forts de la nature automnale, les amours des cerfs fascinent... A observer à distance, avec la plus grande discrétion.

Cette année le brame à commencé tôt en saison et les grands cerfs ne tarderont pas à retrouver le calme puis leurs quartiers d'hiver.. À l’approche de la saison froide, les écureuils roux font provisions de faines, noix, glands en incessants va-et-viens entre leur lieux d’approvisionnement et leurs caches. Il sont plus  facile à voir parfois  que les grands ongulés de  200 kilos !

 

Actualisation du 20 octobre

 

 Le brame s'est tu depuis quelques jours. Les chamois de leur côté ont pris leur livrée d'hiver et entrent à leur tour dans la période tumultueuse des amours... Chez les aigles royaux, l'activité est intéressante en cette période avec des interactions entre adultes et jeunes qui s’apprêtent à quitter le territoire de leurs parents.

 

Juillet 2021 (vallée de la Drôme et Vercors)

 

Rencontrer les bouquetins sur les Hauts plateaux

jusqu'en juin et juillet, sur les bordures orientales et méridionales des Hauts plateaux du Vercors, les bouquetins sont encore en transit entre les zones d'alimentation printanières où l'herbe nouvelle est attractive et leurs quartiers d'été sur les plus hautes crêtes. Ces animaux d'apparence placide sont à observer avec retenue et discrétion, en les laissant eux-même fixer la distance adéquate : Ils n'ont que ces quelques mois d'été pour constituer les réserves de graisse suffisantes pour passer l'hiver ! 

 

Admirer les farandoles de la flore montagnarde...et les jeux des marmottons

Juillet est encore une très belle période pour découvrir et photographier la ronde colorée des fleurs alpines : asters des Alpes, gentianes acaules, nigritelles, lis martagons, saxifrages, silènes acaules... et tant d'autres ! 

 

Découvrir une vie discrète sur la rivière Drôme

A l'aube ou le soir, lorsque la rivière redevient  tranquille et silencieuse, tout un monde sauvage se révèle aux observateurs attentifs et discrets. Les castors notamment s'activent en famille sur les bras calmes de la rivière, souvent bien avant le coucher du soleil. Les jeunes de l'année prennent chaque jour davantage d'assurance et se délectent des rameaux de peupliers et de saules.

Sans les jumelles, il serait impossible de déceler la présence des petits gravelots au mimétisme parfait, parfaitement effacés au milieu des bancs de galets. A ce stade certains terminent l'élevage de leur seconde nichée, d'autres s’apprêtent déjà à migrer vers l'Afrique de l'ouest. Le chevalier guignette s'affaire à déloger les larves dans le limon. D’observation plus facile, des myriades de libellules (orthetrums, caloptéryx agrions...) virevoltent  en escadrilles au dessus de la végétation aquatique.  La rivière est aussi une zone de chasse privilégiée pour les guêpiers en pleine  phase d'élevage des jeunes qu'ils nourrissent de gros insectes : abeilles et guêpes bien sûr, mais aussi cigales et libellules. Aigrettes, hérons et martins pêcheurs ne sont jamais loin !