dans la nature en ce moment

Photographies ©Gérard GRASSI (images non libres de droits). Utilisation interdite sans accord préalable écrit. Merci !

AOUT 2022

Actualisation du 15 août

Dans ces périodes de sécheresse extrême, la moindre source, mare ou suintement qui persistent en forêt deviennent des oasis salvatrices pour la faune : chevreuils, renards, martres, blaireaux, mésanges, sittelles, pics, buse variable, autour des palombe, etc, s'y succèdent de jour comme de nuit pour s'y désaltérer ou s'y baigner.

Sur la rivière Drôme, les martins pêcheurs nourrissent encore leurs jeunes qui désormais volent parfaitement et qui peuvent s'exercer aisément à leur pratique. Le très faible niveau de l'eau et les vasques grouillantes de poissons qui attendent les prochaines pluies facilitent les captures... Tant que la rivière ne s'assèche pas ! Hérons et aigrettes garzettes sont aussi de la partie. On note aussi le passage de chevaliers (culblanc et sylvain) qui entament déjà leur migration. Un passage de rolliers d'Europe également à mentionner sur le Plateau des Chaux à Gigors.

JUILLET 2022

Actualisation du 22 juillet

Les cabris de chamois s’émancipent doucement et cherchent refuge dans les pentes ombragées tandis que le rut est bien enclenché chez les chevreuils.  Le circaète Jean-le-Blanc passe régulièrement au-dessus de Beaufort. Les appollons virevoltent au dessus des prairies encore fleuries sur les hauteurs (Col de la Bataille, Ambel, Hauts Plateaux). Plus bas, près de l'eau, les martins pêcheurs juvéniles profitent des alevins piégés dans les vasques de la Drôme ou de la Gervanne qui s'assèchent dangereusement. Les castors juvéniles font quelques timides sorties, les couples de grèbes castagneux n'en finissent pas de nourrir leurs nichées. Les hoplies bleues tiennent leur étrange posture sur les berges.

Une  découverte inattendue pour terminer : dans une ripisylve sauvage et dense de la Gervanne, un couple d'autours des palombes termine d'élever ses deux poussins affamés. Juste temps de faire très discrètement quelques images  à bonne distance et nous les laissons à leur vitale tranquillité. Les deux jeunes autours ont pris leur envol avec quelques jours de décalage

Mai 2022

Actualisation du 8 mai

Les  jolies flammes jaunes des tulipes sylvestres viennent de s'éteindre dans les cultures, tandis que s’engage la farandole des orchidées dans les pelouses sèches. Le remarquable Ophrys de la Drôme est à son apogée. Chez les pèlerins c'est le temps des nourrissages des jeunes qui grandissent vite (ils ont environ 5 semaines).

Côté rivière, les premiers cincles ont déjà quitté le nid depuis quelques jours. Les martins pêcheurs quant à eux, sont en plein élevage des nichées. Un peu plus loin dans le Diois, un événement  extraordinaire enchante tous les amoureux du monde sauvage : un des deux couples de gypaètes barbus a donné naissance à un "gypaèton". Une première dans le Vercors depuis 100 ans !  voir cet article dédié. Les deux couples du Diois montrent des comportements territoriaux marqués , y  compris à l'égard de leurs placides voisins,les vautours fauves.

 

 

Mars 2022

Actualisation du 25 mars

Les tritons palmés arrivent en nombre dans leurs mares natales. Les vautours fauves se montrent de plus en plus fréquemment dans la vallée. Les aigles s’appètent à pondre, Chez les pèlerins , mâles et femelles se relaient pour la couvaison avec les première éclosions prévues début avril !

Encore pas mal de monde à la mangeoire en cette fin mars avec la visite du gros bec, des tarins, pinsons du nord, au milieu d'un ballet permanent de verdiers et de chardonnerets. Mésanges charbonnière set bleues sont moins nombreuses, la mésange noire très irrégulière. 

Deux couples de harles bièvre passent régulièrement devant le village de Beaufort.

 

 

Décembre 2021

Actualisation du 20 décembre

Avec la neige, les craves à bec rouge se sont fait exceptionnellement nombreux sur le plateau des Chaux. Nous avons pu observer un rassemblement de 150 à 200 oiseaux certains jours !  Une quinzaine de buses variables en hivernage fréquentent le même secteur. Les bandes de chocards à bec jaune sont davantage présentes entre Plan de Baix et Escoulin.

A noter aussi la présence régulière d'au moins deux faucons pèlerins sur le plateau des Chaux qui prélèvent volontiers leur dîme parmi les pigeons de Beaufort.

Octobre, novembre 2021 (Gervanne)

Actualisation du 28 novembre

Actualisation du 28 novembre.

La neige est arrivée !  Sur les crêtes les accenteurs alpins sont omniprésents. Chez les chamois les comportements de rut sont encore marqués  Plus bas, c'est la cohue aux mangeoires, avec les premiers gros becs...

Actualisation du 30 octobre

 

Chez les chamois, le rut est bien enclenché. Les mâles circulent beaucoup, Il s"ébrouent, marquent les végétaux (Il s'agit d'un marquage olfactif déposé à l'aide des sécrétions de leur glandes rétrocornales. Les chamois ne font aucun dégât significatif sur la forêt). et on observe les premières courses poursuites territoriales. Les nuances automnales de la hêtraie s'estompent doucement sur les hauteurs tandis qu'elles s'illuminent plus bas dans la chênaie comme sur les berges de la Gervanne ou de la Drôme. On note encore beaucoup d'activité chez les aigles royaux ces derniers jours. Certaines aires sont rechargées !

Septembre, octobre 2021 (vallée de la Drôme et Vercors)

Côté rivière Drôme, martins pêcheurs et aigrettes garzettes profitent des basses eaux (avant les grandes pluies d'automne) pour pécher aisément entre les bancs de galets. Les derniers limicoles ou de passage en migration (chevaliers cul blanc, guignette, aboyeur,...)  font de même dans les graviers exondés Nous avons remarqué aussi en septembre des passages de quelques sarcelles d'été et du rare balbuzard pêcheur. Les premiers cormorans hivernants sont là également.

 

Le temps des cerfs

C'est un des temps forts de la nature automnale, les amours des cerfs fascinent... A observer à distance, avec la plus grande discrétion.

Cette année le brame à commencé tôt en saison et les grands cerfs ne tarderont pas à retrouver le calme puis leurs quartiers d'hiver.. À l’approche de la saison froide, les écureuils roux font provisions de faines, noix, glands en incessants va-et-viens entre leur lieux d’approvisionnement et leurs caches. Il sont plus  facile à voir parfois  que les grands ongulés de  200 kilos !

 

Actualisation du 20 octobre

 

 Le brame s'est tu depuis quelques jours. Les chamois de leur côté ont pris leur livrée d'hiver et entrent à leur tour dans la période tumultueuse des amours... Chez les aigles royaux, l'activité est intéressante en cette période avec des interactions entre adultes et jeunes qui s’apprêtent à quitter le territoire de leurs parents.

 

Juillet 2021 (vallée de la Drôme et Vercors)

 

Rencontrer les bouquetins sur les Hauts plateaux

jusqu'en juin et juillet, sur les bordures orientales et méridionales des Hauts plateaux du Vercors, les bouquetins sont encore en transit entre les zones d'alimentation printanières où l'herbe nouvelle est attractive et leurs quartiers d'été sur les plus hautes crêtes. Ces animaux d'apparence placide sont à observer avec retenue et discrétion, en les laissant eux-même fixer la distance adéquate : Ils n'ont que ces quelques mois d'été pour constituer les réserves de graisse suffisantes pour passer l'hiver ! 

 

Admirer les farandoles de la flore montagnarde...et les jeux des marmottons

Juillet est encore une très belle période pour découvrir et photographier la ronde colorée des fleurs alpines : asters des Alpes, gentianes acaules, nigritelles, lis martagons, saxifrages, silènes acaules... et tant d'autres ! 

 

Découvrir une vie discrète sur la rivière Drôme

A l'aube ou le soir, lorsque la rivière redevient  tranquille et silencieuse, tout un monde sauvage se révèle aux observateurs attentifs et discrets. Les castors notamment s'activent en famille sur les bras calmes de la rivière, souvent bien avant le coucher du soleil. Les jeunes de l'année prennent chaque jour davantage d'assurance et se délectent des rameaux de peupliers et de saules.

Sans les jumelles, il serait impossible de déceler la présence des petits gravelots au mimétisme parfait, parfaitement effacés au milieu des bancs de galets. A ce stade certains terminent l'élevage de leur seconde nichée, d'autres s’apprêtent déjà à migrer vers l'Afrique de l'ouest. Le chevalier guignette s'affaire à déloger les larves dans le limon. D’observation plus facile, des myriades de libellules (orthetrums, caloptéryx agrions...) virevoltent  en escadrilles au dessus de la végétation aquatique.  La rivière est aussi une zone de chasse privilégiée pour les guêpiers en pleine  phase d'élevage des jeunes qu'ils nourrissent de gros insectes : abeilles et guêpes bien sûr, mais aussi cigales et libellules. Aigrettes, hérons et martins pêcheurs ne sont jamais loin !